Elu24 site des elus communistes et républicains de Dordogne

Assemblée générale de l’ADECR 24 (10 octobre 2008)

lundi 13 octobre 2008

Intervention de Patrick Capot Président de l’ADECR

Mes chers collègues et chers Camarades à 7 jours du congrès cette assemblée se tient, à la fois pour partager notre appréciation sur le contexte politique, évoquer nos expériences de terrain, certaines permettent de résister concrètement et dans les faits à la crise découlant des choix gouvernementaux et essayer :
de dégager quelques pistes, qui avec la préparation du congrès de l’ANECR marquerons soit la reconquête en impulsant l’évolution que l’on veut pour l ’association, soit d’aller vers un progressif dépérissement.
Ce serait un paradoxe au lendemain des élections Municipales qui voient notre influence en nombre d’élus croître (650 ça constitue une richesse autant qu’une force) et ce n’est pas non plus le résultat des élections sénatoriale du 21 septembre dernier en Dordogne qui le démentira, certes la traduction n’est pas en terme de siège pour un élu Communiste et républicain Sénateur mais quel résultat de nos Collègues J. AZOU et A. ZACCARON, Isabelle COMTE et A.Marie GORRE avec 336 voix au total et une progression de 36 voix sur le scrutin précédent ou s’’était illustré Louis DELMON et A. LEGOFF !

Au second tour, le rassemblement des voix de gauche et le report sans ambiguïté de nos suffrages sur le candidat socialiste, mieux placé, permet de battre la droite en la mettant définitivement hors jeu de toute représentation des élus au Senat. C’est une fois de plus autant l’expression d’un rejet de la politique libérale de SARKOZY /FILLION, de ses dégâts pour notre peuple, ses incidences néfastes pour nos collectivités que celle de l’utilité d’avoir des élus Communistes et Républicains qui ont été indispensables pour construire le rapport de force nécessaire à la victoire de la gauche au sénatoriales en Dordogne et son renforcement au plan national. Plus d’élus communistes et apparentés c’est donc un point d’appui pour notre peuple, dans les collectivités territoriales pour l’élaboration collective de nos orientations à l’encontre des dérives de la politique libérale.
Et en exhortant à l’union nationale face à la crise financière !

Depuis Lundi les ravages ont été énormes Paris a connu la plus forte baisse depuis plus de vingt ans avec un recul de 9,04%. Les grandes places boursières ont également sombré es : depuis le défaillance de l’américaine Lehman Brothers er les réactions en chaînes sur les marchés financiers la BCE abreuve le marché de liquidités, en euros et en Dollars ! Des opérations d’absorptions de la BCE ont ainsi drainé plus de 560 miliard d’euros du marché ! Sans doute ses dévaluation, sont loin des préoccupations de notre peuple mais attention, maintemant c’est l’épargne populaire qui est appelée à la rescousse du krach financier et de la récession capitaliste.
Détourner l’épargne populaire des financements des besoins sociaux au lieu de faire du système bancaire une affaire publique au moment ou les collectivités ont vu leurs equipes Municipales renouvelées sur la base de programmes présentés, débattus, co-élaboré avec nos administrés représente un grand danger ; évidement le risque existe que nous ne puissions obtenir les moyens de financements de l’état ,des collectivités, de L’Europe puisqu’ils seront confisqués au bénéfice de la finance (des marchés), mais il y a un autre risque démocratique si le peuple et nos élus à leurs côtés restions les bras en croix face au crack ! C’est le risque démocratique : je cite un édito de Sud-Ouest : « cette foire aux miliard est une catastrophe pour les partis dit de gouvernement et ouvre une autoroute aux formations protestataires »et J.M LE PEN est ainsi remis en selle par l’éditorialiste !
Après une poussée de la gauche au Municipales et sénatoriales, un réveil social du peuple : manifestations pour les salaires et un travail décent, grève dans des industries (Poste, Renault) actions dans les écoles ,c’est à nouveau le spectre du fachisme, d’un pouvoir coercitif d’une rare violence qui emerge pour contrer ce réveil social.

Pire, récemment l’article de loi L133-7 prévoit que le Maire propose « une liste de personnes susceptibles d’assurer le service d’accueil « en cas d’absence d ’un professeur des écoles : ces personnes ne devant « pas figurer dans un fichier judiciaire national autorisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violente ». En clair, on fera intervenir le fichier EDVIGE. Des collègues (souvent de notre sensibilité avec responsabilité ont eus la bienveillance de proposer que leur mairie ne se livre pas à la dellation des citoyens !

J’en arrive maintenant à l’importance de notre congrès : il entre dans sa phase de débat national après la tenue des assemblées d’ADECR.
Le document souligne combien la confrontation idéologique est intense et en particulier du fait de l’inexistence d’alternatives politique crédible au modèle de société que l’on veut nous imposer. Cette absence d’alternative dans le contexte actuel pèse considérablement sur l’éveil des consciences dit le document.
Je ne résume pas le document vous l’avez reçu mais je me permet de souligner l’appel aux élus progressiste de notre pays.(page 4)

D’où la décision de l’ANECR de mener une campagne nationale forte et structurante sur la durée pour les services publics un choix de société, une réponse aux besoins des habitants.
Des exemples ont lieu ici en Dordogne ou les services publics sont menacés, pour la Poste pétitions à DOMME,interpellation de la direction de l’agence par Armand à LA FORCE expression au nom des Elus Communistes par Laurent dans un communiqué de presse.
Pour les transports : élaboration d’une réflexion pour des transports multi-modaux dans le cadre du PDU à Périgueux avec le collectif ETAPE ou nous sommes investis témoignent de l’utilité de travailler davantage en réseau et non en parallèle avec d’autre associations en avons nous les moyens ?
L’association n’est-elle pas avec le renouvellement d’élus, l’expérience d’ancien, le travail en partenariat avec la fédération du PCF, l’outil de formation du CIDEFE, le moyen de construire des réponses et de mener campagne de manière forte et structurée sur la durée sur les débats qui traversent la société.
L’engagement fort pour le service public doit devenir du local au national une « marque de fabrique » des élus communistes et républicains, contribuant à donner du sens à notre engagement au plus près des habitants et avec eux.
En rassemblant les communautés d’intérêts d’autant que le gouvernement entend conduire un projet de réforme des collectivités territoriales dès la fin de cette année de manière arbitraire non concertée !
La mise en place d’un système autoritaire le fichier EDVIGE en est un hors d’ oeuvre !
La démocratie, nos propositions pour le contrôle des fonds publics de la BCE sont des moyens de lutter, de travailler élus et individus de manière autonome et responsable sur les financements au moment ou la bourse dicte sa loi !
En mettant en oeuvre ce qui a été décidé avec la population ,que les individus soient les acteurs conscients de leurs affaires pour qu’ils tranchent par leur choix les affaires de la cité, des quartiers, du village, de l’agglo.
Enfin nous savons le poids des médias, notre communication est a débattre, quels moyens pour la mise en réseau de nos mairies, communauté de communes ,services pour mener des réflexions qui englobent le social, des situations d’inégalité de traitement dans ce département, parfois d’un canton à l’autre, des cartes communales, des PLU, des transports, de la question de l’eau...
Et pour cela nous avons besoin d’initiatives mais aussi de formations et d’informations, je parlais de l’atelier des « enjeux des des services publics » question incontournable, les moyens financiers : Dotation, fiscalité, partenariat publics-privés, délégation de service : quelques exemples pouvant être cités dans le débat mais avec ce qui se passe sur les places boursières rien ne sera demain comme hier surtout en matière de Nationalisation si on en débattait ?
Comment s’organiser sur le département, quel territoire pertinent, quelles responsabilité du bureau, du Conseil départemental de l’ADECR et pourquoi faire ?avec quelle périodicité de réunions ?
Si la réorganisation et la future direction de l’ADECR est à débattre il serait souhaitable de revoir la formation qui apparaît comme trop centralisée à PARIS bref : j’ai conscience d’avoir ouvert la boite à idées, mais je n’ai fait qu’ écouter les débats et propositions du bureau.
Merci.


Accueil | Contact | Plan du site | | Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ADECR  Suivre la vie du site Infos de l’ADECR   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?