Elu24 site des elus communistes et républicains de Dordogne
Déclaration de Vianney Le Vacon dans le forum de Sud Ouest

PDU, le combat continu

mercredi 25 juin 2008

Nous sommes véritablement sur un choix d’avenir. Le PDU (Plan de Déplacement Urbain) présenté par le président de la CAP répondit-il aux enjeux : ma réponse est clairement NON ! Pourquoi ? Tout simplement il continue de s’inscrire dans la logique du tout voiture avec ses 2 projets phares : la création de 2 ponts qui n’ont d’autres vocations que de permettre à toujours plus de voitures de tenter de rentrer dans Périgueux. Je dis bien tenter car à terme nous allons vers une asphyxie totale du centre-ville. Le PDU ne répond donc pas au problème posé : comment résoudre sur Périgueux et l’agglo les problèmes de circulation et de stationnement. Il ne répond pas non plus aux 2 questions incontournables désormais :

Sortir de la crise environnementale dans laquelle s’enfonce la planète, en clair halte au développement de transports polluants ; A cet égard, les 4 solutions envisagées par le PDU ne font l’objet d’aucun bilan carbone...

Veiller au droit d’accès pour tous à des transports publics maillant l’ensemble du territoire. De plus le PDU fait fi de la navette ferroviaire. Ce projet mérite bien mieux que d’être rejeté d’un revers de main. Alors quelles solutions, quel projet ? Tout d’abord je partage cette idée d’un collègue élu qui indique qu’il faut passer d’un PDU volontaire à un PDU ambitieux. Concrètement 4 axes me paraissent essentiels :

Maintenir et développer une logique de service public, autour notamment de la SNCF, et gagner un réengagement financier de l’Etat et de la puissance publique en faveur du transport qu’il soit voyageur, périurbain, ou fret. On touche du doigt l’échec patent du Grenelle de l’environnement avec d’un côté un formidable appel d’air aux débats, aux projets, des travaux souvent remarquables et une suite déplorable. Pourquoi un tel échec ? Quand il faut s’attaquer au Mur de l’argent, à l’organisation d’une société capitaliste qui a fait son temps, au dogme idéologique dominant qui va vers la destruction de toute logique publique, de bien commun et d’intérêt général : pas touche ! Un exemple, ou plutôt un chiffre : les 14 milliards d’euros de bénéfices annuels de Total, ne pourraient-ils pas être rendu utile en étant employés au développement de transports doux et publics, à la recherche pour développer des énergies renouvelables ?

Deuxième idée : le PDU et les solutions ne peuvent se concevoir de façon uniques, voire monolithiques. L’inter modalité, la combinaison à la fois de plusieurs formes de transports doux et publics (rail, bus, vélo, co voiturage, marche à pied...) est une exigence absolue. On mesure aujourd’hui l’absence totale de concertation entre la SNCF et Péri Bus : aberrant ! On ne peut aussi éluder la question de l’urbanisation, le nécessaire repeuplement des centres-villes par les classes moyennes et populaires, sans parler de la relocalisation de l’économie.

Troisièmement le PDU ne peut se concevoir que dans le cadre d’un vrai partenariat entre tous les acteurs publics et les collectivités. La question des transports et de l’aménagement des territoires ne peut se raisonner par une simple succession de PDU ou de plans TER. Il nous faut une vraie cohérence à la fois nationale, régionale et départementale et locale. Je plaide pour l’organisation dés l’automne prochain d’une véritable table ronde entre l’ensemble des parties prenantes l’Etat, SNCF, RFF, les collectivités : région, département, communautés d’agglo et de communes concernés, syndicats, associations d’usagers, assaut. Citoyennes, comités de lignes... Pour travailler ensemble à un projet de transport ambitieux. Il nous faut aujourd’hui travailler ensemble, anticiper les grandes questions, je pense notamment à la RN 21 dont l’explosion annoncée n’est pas anticipée par exemple dans le PDU.

Enfin tout ceci ne peut se faire ni se concevoir sans le développement d’un grand débat public et citoyen permettant à la population d’être non seulement informée mais partie prenante des choix à faire. Aller bien au-delà de l’enquête publique, lancer un vaste programme de débat dans les communes concernées, à l’échelle de la CAP, s’appuyer sur la nécessaire création de Comités de lignes sur les axes SNCF, alors que la Région Aquitaine peut faire mieux sur cette question. Bien sûr l’heure des choix arrivera pour toutes les parties concernées de l’Etat aux collectivités. Des choix concrets comme celui de maintenir ou non une ligne aérienne entre Périgueux et Paris très coûteuse avec un déficit annuel de 1,3 millions d’€euros pour 10 passagers (maxi) par jour à comparer aux 600.000 d’euros accordés à Péri Bus pour 8.000 passagers/jour.... Chacun en est conscient : les questions de transports sont une question majeure de société qui concernent directement la vie quotidienne de tout le monde. La résoudre nécessite l’engagement de tous, la mobilisation de toutes les compétences, des énergies notamment citoyennes et démocratiques. C’est un engagement ô combien motivant et passionnant, alors allons-y. Ne laissons personne sur le bord du chemin.

Vianney Le Vacon


Accueil | Contact | Plan du site | | Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Municipalités  Suivre la vie du site Périgueux   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?