Elu24 site des elus communistes et républicains de Dordogne
Intervention de Patrick Capot au nom des élus PCF Front de gauche

Orientations budgétaires de Coulounieix Chamiers

mercredi 15 mars 2017

Le débat de nos orientations sur le budget communal 2017 ne peut éluder le contexte de crise morale qui fait tâche dans le paysage politique.
A l’heure des comptes, alors que le débat public se focalise essentiellement sur la personne peu morale de F. FILLON, il privilégie une approche systémique : Il dénonce les agissements d’un homme politique mais rien ne remet en cause l’existence d’un système de non contrôle qui permet ces dérives.
Nous parlons de celle qui constitue la plus parfaite illustration du mélange des genres entre les grands groupes financiers et la haute administration de BERCY en particulier au sein de sa direction du Trésor.
« Servir l’Etat » ou s’en servir, c’est une vieille habitude de quelques énarques faisant du slalom entre direction du Trésor, la banque d’affaire ROTCHILD et… les sommets de l’Etat, établissant ainsi une zone grise où se forment d’inquiétantes collusions entre les multinationales et ceux qui, au sens large, participent à l’élaboration des lois.
Je dis cela car un raccourci est aujourd’hui trop vite établi entre quelques élus dérivants, bénéficiant de millions dépensés pour corrompre et influencer et nous élus dans nos collectivités, cela crée un amalgame voulu entre nos institutions et l’argent du contribuable.
Le contexte électoral permet aux électeurs de s’immiscer et de s’impliquer dans le jeu politique en créant de nouveaux contre-pouvoirs citoyens, pour résister au travail de sape des multinationales qui passent par l’invention d’une 6ème république.
A notre échelle, nous peinons plus que jamais à joindre les deux bouts avec une élaboration budgétaire 2017 pour faire entrer le budget de la Commune dans sa phase de redressement afin de renouer avec la nécessité d’accroître notre autofinancement, notre capacité d’emprunt pour renouer avec l’investissement.
Nous partageons 3 défis important à relever : La rénovation de l’habitat avec l’aide de la politique de la ville qu’il faut concrétiser, la priorité à la maison de quartier et le maintien des services aux administrés tout en restant en phase avec notre programme électoral, nos capacités à rembourser la dette, le tout avec une fiscalité maîtrisée.

Cette année, la solidarité intercommunale du Grand Périgueux assume la reprise du contingent incendie, les investissements du Parc Urbain au BAS CHAMIERS.
Un effort aurait dû être fait pour la reprise du gymnase ASPTT au titre de la compétence des équipements sportifs comme ce fut le cas pour la piscine de MARSAC puis l’AQUACAP par l’Intercommunalité. Cette décision aurait soulagé les finances de notre commune pour l’entretien d’un équipement utilisé par des sportifs de toute l’agglomération.
Quant à l’Etat sur cette reprise, par l’intermédiaire du Préfet, il s’est contenté de mettre les acteurs autour de la table mais il est venu les mains vides.
Il serait logique que la tradition de la solidarité nationale se concrétise par l’aide renforcée aux communes pour les équipements plutôt que l’austérité qui sous prétexte de « contribution à l’effort » contrarie nos prévisions d’investissements que l’on prévoit plus ambitieuse qu’un 2015.
Le manque de dotations de l’Etat se solde par une baisse cumulée pour notre commune de 540 000€ depuis 2014, cette année encore une diminution de recette de 92 380€ sera notre contribution au titre des efforts des collectivités pour la réduction de la dépense publique.

92 000 €  : C’est près du budget annuel alloué pour les subventions aux associations communales.
92 000 €  : C’est le budget annuel du Centre Communal d’Action Sociale.
92 000 € : C’est trois ans d’aide au fonctionnement de la municipalité pour le gymnase de l’ASPTT.
Le cumul de ces baisses de dotations depuis 2014 atteint 632 000€ autant de moins pour satisfaire les besoins sociaux des Colomniérois.

Dans le même temps la précarité se généralise dans notre pays, une part de finances publiques est par ailleurs gaspillée avec notamment le CICE (20 milliards d’argent public sont alloués aux entreprises sans ciblage et sans contrepartie due par le MEDEF).
Nous parlons d’équilibre budgétaire, le patronat se gave d’argent public et consent 45miliards de dividendes aux actionnaires sur la seule année 2016 !
Nous parlons pudiquement de « conforter nos recettes » d’autre en marche évoquent la suppression de la taxe d’habitation !
Nous parlons ici de « maintenir des services publics de qualité » quand les idées conservatrices nous opposent un programme brutal et antisocial : Nouvelles économies de 7,5 milliards en 5 ans sur le budget des collectivités , nouvelles baisses de dotations, suppression de 500 000 postes de fonctionnaires avec cette surenchère ultralibérale de la droite décomplexée pour : « Pactiser entre l’Etat et les collectivités des engagements de maîtrise et réduction de dépenses de 100 milliards et les moyens de l’action publique qui seront rigoureux et évalués ». C’est le programme de F.FILLON. « Délirant » et « menaçant la cohésion nationale » qualifié ainsi par Gérôme PEYRAT (pourtant ancien conseiller de N. Sarkozy) dans le quotidien Sud-Ouest.
Avec de tels propos ultra-conservateurs à l’encontre des collectivités c’est : soit le repli, soit la mondialisation avec priorité à la finance.
Quelle en est la perception par nos administrés confrontés à nos difficultés de gestion pour rendre le service public au quotidien ?
Oui l’investissement réalisé à 75% par les collectivités, est le levier économique à privilégier pour l’emploi par la relance productive et la planification écologique.
Oui l’être humain doit être au centre de la politique, l’humain d’abord pour rassembler la gauche.
Marquer l’arrêt des baisses de dotations c’est redonner des moyens légaux et financiers pour assurer la solidarité territoriale par la libre administration des communes.
Au nom du groupe communiste et Front de gauche, à mi- mandat, nous le disons avec passion dans la période cruciale pour le pays et à l’heure des comptes alors qu’un débat pathétique, celui des « erreurs commises » et des renoncements n’alimente que du rejet, des peurs de nos concitoyens égarés allant droit à l’abstention, ce qui sert le dangereux programme du Front National.
Pour en finir une bonne fois pour toute avec les « affaires », nous attendons de la gauche des valeurs, une loi de séparation de la république et de l’argent doit être promulguée, une autre utilisation de l’argent public. En somme, un gauche réellement sociale, humaniste, citoyenne.

En espérant être entendu dans les débats, merci de votre écoute.


Accueil | Contact | Plan du site | | Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Municipalités  Suivre la vie du site Coulounieix Chamiers   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?