Elu24 site des elus communistes et républicains de Dordogne

Orientation budgétaires au conseil municipal de Bergerac

Intervention de Cedric Zaperra
samedi 26 novembre 2016

Monsieur le Maire,

Ce sont des orientations budgétaires d’austérité que vous présentez à notre conseil municipal en accompagnant les choix politiques européens, nationaux et locaux.

Ce soir, Monsieur le maire, vous avez certainement un point commun avec François Hollande.

En même temps, il suffit de lire la presse locale pour constater que vous en avez de plus en plus de points communs avec certains socialistes de l’Agglomération…
En tout cas, il se pourrait bien que ce soit vos dernières orientations budgétaires dans ce conseil municipal…

Oui, car lui (montre du pouce le portrait de Hollande dans mon dos, accroché au mur de la salle) à moins d’un miracle, il ne sera pas réélu et vous, Monsieur le Maire, si j’entends ce que disent les bergeracois vous pourriez siéger au palais Bourbon et donc être touché par le cumul des mandats.

Chers collègues, pour en revenir à nos orientations budgétaires, je trouve que le fond de ce rapport est de plus en plus technique et de moins en moins politique. En trois années de mandat municipal, on constate que ce document a été vidé de tous les éléments qui permettaient d’avoir un débat sur le projet de société que nous souhaitons mettre en place. Nous ne sommes pas des techniciens (même si les chiffres sont là pour nous aider à prendre des décisions) mais des élus du peuple. C’est bien là une volonté assumée du Gouvernement de professionnaliser le mandat d’élus pour éloigner encore plus les citoyens des lieux où se prennent les décisions.

Sur la première partie du R.O.B qui concerne le contexte général, la situation économique et sociale.
Je ne partage pas vos explications sur le recul récent du nombre de chômeur. L’inversion de la courbe du chômage est uniquement une conséquence de la suppression de la représentation statistique de 500 000 chômeurs qui ont été mis en formation.

Les politiques publiques qui sont menées par le Gouvernement, l’Union Européenne et celles que vous proposez de mettre en œuvre comme l’assouplissement des conditions de travail ou la suppression d’un niveau de décision dans les collectivités territoriales ne sont que le reflet d’une impuissance qui ne s’attaque pas à la cause du problème qui est le Capital et la répartition de ses richesses.

Chers collègues, je vous propose de regarder la projection d’un graphique dont la source est le site internet de l’INSEE, ce graphique va illustrer mon propos.

Ce graphique montre qu’entre 1980 et 2008, le dividende versé aux actionnaires, exprimé en pourcentage de la masse salariale, est passé de 4% à 13%.

Concrètement, c’est ce qu’on donne aux actionnaires depuis 1980. C’est la question clé, le chiffré-clé du débat économique mais qui est complètement invisible.

Dites moi, Monsieur le Maire, comment ça se fait qu’on passe de 4% en 1980 à 13% en 2008 ? Où sont passés les 9% dans l’économie du pays ?

Est-ce qu’aujourd’hui, on doit faire une loi El Khomri sur le travail et assouplir les conditions de travail comme vous le préconisez dans votre ROB ou est-ce qu’il faut faire :

  • une Loi qui limite les dividendes des actionnaires,
  • une Loi qui interdit les licenciements boursiers,
  • Une Loi qui permet aux salariés de se réapproprier leur outil de production en SCOP quand ils sont victimes des délocalisations industrielles,
  • Une Loi qui en empêchant l’exil fiscal permettra de dégager des ressources pour financer un service public de qualité et générateur d’emploi.
  • Dans cette courbe, Monsieur le maire, cher collègue, vous avez tout. Vous avez la stagnation des salaires, les emplois qui ne sont pas créés, la financiarisation des profits.

Sur le plan local, on constate qu’a défaut de s’attaquer au fond du problème, le Gouvernement continu à sabrer les dotations aux collectivités, l’impact pour notre budget 2017 sera de – 300 000 €. Ceux sont des dotations financières en moins que nous n’investirons pas pour faire fonctionner notre économie locale.

Vos orientations repoussent encore la création du stade d’athlétisme dont vous annonciez dans votre propagande électorale de 2014 que ce projet était structurant et que vous le réaliseriez en priorité (vous l’appeliez même votre « voie verte » lors de votre discours du 28/11/2013 à la salle rêne COIQUAUD). Visiblement l’ordre des priorités, il a changé à tel point que le stade d’athlétisme va finir par devenir le serpent de mer de votre mandat.

Quand au Tour de France, nous apprenons que la participation communale de 100 000 € sera financée à hauteur de 50 % par une nouvelle baisse de 50 000€ des subventions aux associations. C’est une conception particulière de la politique de la ville que vous avez de faire payer au monde associatif et caritatif les dérives de la marchandisation du sport.

Concernant vos investissements de 2017 avec 1 178 000 € pour vos grands projets, il n’y a là que du saupoudrage qui n’a rien de très structurant.
En annexe n°1, quand on voit que vous comptez passer de 1 178 000 à 4 710 000 € d’investissement grands projets en 2018 et 3 979 000 € en 2019, là je me dis que vous êtes un grand magicien pour trouver de telles sommes ! A moins que vous nous proposiez plus de dette et une augmentation des impôts pour tenir vos engagements.
Ce sont bien des orientations budgétaires d’austérité que vous nous proposez !


Accueil | Contact | Plan du site | | Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Municipalités  Suivre la vie du site Bergerac   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?