Elu24 site des elus communistes et républicains de Dordogne

Retrait du CPE

Déclaration faite par l’opposition municipale de SARLAT au conseil municipal

vendredi 31 mars 2006 par Annick Le Goff


Déclaration faite par l’opposition municipale de SARLAT au conseil municipal
( 31 mars 2006)

Retrait du CPE
Place à une véritable politique de formation et d’emploi des jeunes
Le gouvernement de Mr de Villepin a pris une série de mesures censées faciliter l’emploi des jeunes : apprentissage dés 14 ans, service civil volontaire, lutte contre l’excès de stages, contrat première embauche (CPE).

  • Ce nouveau type de contrat dédié aux jeunes de moins de 26 ans, prétendument CDI, ne constitue ni plus ni moins qu’un contrat journalier avec une pression constante sur les salariés. A l’instar du Contrat Nouvelle Embauche, ce contrat prévoit une période d’essai de deux ans avant que le jeune puisse se voir définitivement embaucher. D’ici là, l’employeur a la possibilité de le licencier sans motif, à tout moment et pratiquement sans coût pour lui.
  • Considérant que le CPE est massivement rejeté dans le pays, que ce contrat représente un nouveau recul du droit du travail, qu’il plonge toute une génération dans la précarité ;

Considérant que des millions de nos concitoyens vivent déjà dans la précarité alors que l’argent coule à flot pour quelques privilégiés et gros actionnaires ;

Considérant que le gouvernement est sourd aux exigences et aux aspirations qu’expriment les jeunes ;

Considérant que le gouvernement n’a précédé sa loi d’aucun dialogue social préalable avec les syndicats et les organismes patronaux contrairement au préambule de la loi Fillon qui l’engageait à mener une réelle concertation avant toute modification du Code du travail ;

Considérant que le gouvernement donne l’exemple même d’un déni de démocratie par son refus de débattre au Parlement en passant en force, le jeudi 9 février, par l’usage de l’article 49-3 ;

Considérant que l’apprentissage dès 14 ans et le contrat première embauche, ne constituent en aucune manière un progrès social, de nature à renforcer la cohésion nationale ou répondre au défi que pose la question du chômage des jeunes ;

Les élus de l’opposition municipale

Refusent cette politique vouée à l’échec et reléguant au voeu pieux « l’égalité des chances » ;

Réclament une politique de formation et d’emploi qui réponde directement aux aspirations des jeunes qui veulent une formation, une qualification, un salaire décent et un contrat de travail pérenne ;

Apportent leur soutien aux jeunes et à tous ceux qui condamnent le contrat première embauche ;

Condamnent le recours à l’article 49-3 et dénonce la tentative de consulter les partenaires sociaux une fois la loi votée au Parlement ;
Demandent l’abrogation de toutes les dispositions incluses dans la loi pour l’égalité des chances, relatives à la création du contrat première embauche ainsi que celles autorisant dès 14 ans la formation d’apprenti junior et dès 15 ans la signature d’un contrat d’apprentissage ;

Annick Le Goff
Conseillère Municipale

Haut de page


Accueil | Contact | Plan du site | | Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Municipalités  Suivre la vie du site Sarlat   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?