Elu24 site des elus communistes et républicains de Dordogne
Déclaration du groupe communiste au Conseil général

Licenciement à Condat : socialement inadmissible, économiquement inefficace

mardi 26 mars 2013

La décision du groupe Lecta de supprimer 154 emplois aux Papeteries de Condat est un coup terrible pour les salariés de l’entreprise, pour les femmes et les hommes du Terrassonnais, pour l’ensemble de la vie économique et sociale de la Dordogne. Cette décision affaiblie considérablement l’économie de notre département, aggrave le chômage qui touche déjà plus de 20 % des actifs, et compromet l’avenir du site industriel.

154 emplois supprimés dans l’industrie c’est près de 450 emplois induis en moins dans l’ensemble du bassin économique ; c’est l’aggravation de la crise qui frappe particulièrement le commerce, l’artisanat et les PME sous-traitantes ; ce sont des difficultés accrues pour les collectivités locales pour maintenir les liens sociaux.

Ce plan qui organise la suppression de conquêtes sociales de la Libération propres à l’entreprise comme le système de retraite complémentaire pour utiliser les fonds au redressement du bilan financier du groupe Lecta s’inscrit aussi dans la logique politique des différents gouvernements pour augmenter la compétitivité et de nouvelles possibilités de profits en réduisant encore le coût du travail.

Alors qu’il ne se passe pas un jour sans que le Medef réclame des lois améliorant la productivité, les salariés de Condat n’ont pas ménagé leur peine pour faire de leur entreprise un des fleurons de l’industrie papetière européenne. En 1992, Condat comptait 1220 salariés qui produisaient 70 000 tonnes de pâte et 200 000 tonnes de papier. En 2010, avec 650 salariés, c’est 540 000 tonnes qui sont produites sur le site. Ainsi en vingt ans la production a été multipliée par 2,5 et depuis 2007 la productivité par salarié a progressé de 16,88%.

Dans la même période et toujours suivant les chiffres donnés par la direction 10 M€ en 2010, 12 M€ en 2011, 14 M€ en 2012, 16 M€ en 2013, 15 M€ en 2014, 15 M€ en 2015, 15 M€ en 2016 selon la direction soit 97M€ ont quitté et quitteront les caisses de Condat pour alimenter la rentabilité financière du groupe Lecta sous forme de dividendes, de redevances, de frais financiers exorbitants. Autant de moyens financiers qui ne serviront ni l’emploi, ni le développement !

Non seulement le groupe Lecta organise le pillage financier de l’entreprise mais il organise aussi le pillage industriel en mettant en concurrence Condat par la commercialisation de 110 000 tonnes de papier sous le nom de Condat fabriquées par d’autres usines du groupe. Malgré ces pratiques et toujours d’après les déclarations de la direction, depuis 2007 la situation économique de Condat s’est redressée sensiblement.

Enfin, invoquer la récession et la réduction de la consommation pour justifier le plan de licenciements de la part d’un patronat qui n’a de cesse de réclamer la limitation des salaires, des retraites, la réduction des dépenses publiques ne tient pas plus que l’argument des représentants du gouvernement se désolant de ne pas maîtriser les carnets de commande de l’entreprise alors que ce sont leurs politiques d’austérité qui réduisent la consommation.

Car au-delà de l’indignation légitime du moment il est évident que la suppression de 20 % des emplois actuels n’augure en rien d’un avenir meilleur pour le développement de l’entreprise. D’une part selon sa direction, Condat sera toujours déficitaire en 2016. D’autre part, rien n’indique une sortie rapide de la récession et du chômage qui pourrait malgré tout doper la consommation et la production.

Parce que ce plan est uniquement basé sur la recherche de marges de profitabilité pour les actionnaires et ne prend pas le contre-pied des logiques financières, il est socialement inadmissible, économiquement inefficace car il alimente la récession et risque de se heurter rapidement à ses effets aggravés partout en Europe et entraîner l’entreprise dans le cycle infernal de nouveaux arrêts de productions. La seule façon de ne pas s’engager dans cette spirale dangereuse et d’enrayer le déclin de l’entreprise est la mise en place d’un projet de développement industriel liant la pérennisation des productions actuelles sur le site à la diversification des productions vers de nouveaux produits soutenue par un important effort de recherche et développement accompagnant la mise en place de formations pour favoriser l’adaptation interne et le développement de l’emploi qualifié.

Les pouvoirs publics disposent des moyens d’imposer au groupe Lecta l’arrêt des suppressions d’emplois et la mise en place d’un tel plan de développement. Le groupe communiste et républicain solidaire des salariés de Condat et de la population du terrassonnais entend y contribuer par son action.

Le 26 mars 2013.
Pour le groupe communiste et républicain
Francis Colbac. Président du groupe

Groupe communiste et républicain du Conseil général : J. Auzou, F. Colbac, JC. Pinault, M.Lajugie, A. Zaccaron.


Accueil | Contact | Plan du site | | Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Conseil Général  Suivre la vie du site Infos du Conseil Général   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?