Elu24 site des elus communistes et républicains de Dordogne

Lettre ouverte à Bernard Cazaux Sénateur

vendredi 24 février 2012

Monsieur le Sénateur,

A l’Assemblée nationale la majorité de droite a approuvé l’un des Traités Sarkozy-Merkel baptisé « Mécanisme Européen de Stabilité ». Outre que ce vote constitue un coup de force parlementaire et un déni de démocratie à quelques semaines d’une élection qui aurait du donné lieu à un débat sur ce Traité, celui-ci ne constitue pas la mise en place annoncée d’une caisse de secours pour venir en aide aux pays européens en difficultés dans le cadre d’une solidarité bien comprise.

Au contraire.

Avec le Traité sur la gouvernance économique dont la ratification viendra plus tard, il s’agit d’édicter des normes renforcées d’austérité et avec le mécanisme européen de stabilité de conditionner à l’application de ces normes les financements accordés aux Etats pour faire face à la crise. C’est une nouvelle camisole de force imposant la purge sociale aux peuples et le pompage des ressources publiques par les marchés financiers.

Nous pouvons mesurer les conséquences de cette politique au travers des souffrances imposées au peuple grec.

Ainsi ceux qui ont voté le MES enferment notre peuple dans les politiques d’austérité. Ils le dessaisissent de sa souveraineté.

Ce n’est pas ce que nous voulons pour la France. Ce n’est pas ce que nous proposons que la gauche réalise après sa victoire. A l’Assemblée nationale les députés socialistes, à l’exception d’une vingtaine d’entre eux mais d’aucun périgourdin, se sont abstenus de voter contre ce traité. En faisant cela ils ont laissé la porte ouverte à son adoption si par faiblesse la même attitude des élus socialistes se reproduisait au Sénat.

La conséquence serait dramatique pour notre peuple. Avant même d’avoir voté pour choisir la politique de la France pour les années à venir, il lui serait imposée un cadre précis celui de l’austérité, de la politique ultralibérale, de la soumission à la finance. Car il suffit le lire les textes des deux traités pour voir que le lien direct entre financement et plan d’austérité en constitue la colonne vertébrale.

A l’heure où la gauche doit se rassembler dans la clarté et la crédibilité d’un programme tranchant nettement avec le libéralisme, permettant à la fois de battre N.Sarkozy et d’engager de profondément changement en France et en Europe, cette question est essentielle et pèsera dans les décisions des électeurs et la gauche ne peut se présenter de façon crédible devant les électeurs avec la corde au cou de traités européens imposant l’austérité acceptée par une partie d’entre elle. En effet comment renégocier le Traité comme le propose François Hollande si on en accepte déjà une partie en adoptant les mécanismes d’austérité européens ? Est-ce cela envoyer un signal de solidarité au peuple grec et à tous ceux qui résistent à ces logiques dans notre pays ? Pour pouvoir changer en France et en Europe, il faut un refus clair des politiques libérales et de l’austérité. Pour faire fléchir la finance, il faut s’opposer à elle et aux politiques qui la soutiennent. Le 28 février la majorité de gauche du Sénat peut au contraire de ce qui s’est passé à l’Assemblée nationale, rejeter le Traité et dire ainsi sa volonté de s’attaquer à changer l’Europe pour le tirer des griffes des marchés financiers, celle aussi de refuser les fausses solutions de l’austérité pour sortir de la crise.

Monsieur le Sénateur, je m’adresse à vous pour que se fasse entendre au sein de la majorité socialiste du Sénat la voix du refus de ce Traité et que le vote des Sénateurs socialistes rejoigne celui des sénateurs du Front de gauche pour s’opposer à ce traité afin que le Sénat dise majoritairement non au Traité et impose la défaite à N.Sarkozy. Cela dans l’intérêt de notre peuple et conformément aux attentes des électeurs de gauche, afin de pouvoir le moment venu mettre en œuvre une politique franche et clair de changement pour que les attentes ne soient pas déçues.

Cordialement,

Jean Paul SALON
Candidat du Front de Gauche aux élections législatives.

Le 23 Février 2012.


Accueil | Contact | Plan du site | | Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ADECR  Suivre la vie du site Infos de l’ADECR   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?