Elu24 site des elus communistes et républicains de Dordogne

Débat sur le TGV à Périgueux - Oui au service public - Oui au droit au transport pour tous

jeudi 16 février 2012 par Vianney Le Vacon

On ne peut que se féliciter du débat lancé qui part d’une question de fonds : la nécessaire modernisation du réseau ferroviaire périgourdin et notamment la ligne nationale vers Paris.

Plusieurs questions se posent :

  • avec qui réaliser cette modernisation ? Service public ou privé.
  • pour qui ? Des usagers qui auront les moyens financiers de payer un prix de billet élevé ou bien pour tous les usagers avec des tarifs accessibles.
  • pour quoi faire : avec l’exigence d’un vrai aménagement du territoire qui réponde aux besoins quotidiens des périgourdins.

Pour nous la gauche doit faire confiance au service public qui doit avoir les moyens de son développement.

Ce n’est pas le cas aujourd’hui ! La SNCF subit de plein fouet le processus de déréglementation menée à l’échelle européenne. Le choix du nouveau barreau LGV qui desservirait Limoges via Poitiers intègre ce processus avec une concession confiée à un grand groupe privé.
Pour nous, ce choix est inacceptable. Il revient à pénaliser deux fois les usagers : avec un coût de billet très élevé et une part de leurs impôts dédiés au financement de la ligne. Nous plaidons pour une égalité d’accès pour tous : du retraité qui va à Paris aux cadres d’entreprise.
Comme élus-es de gauche nous sommes contre ce processus de privatisation. L’exemple anglais avec les privatisations à la Thatcher et à la Blair montre la catastrophe à venir. La déréglementation intervenue dans le domaine aérien montre aussi les limites du système.

Moderniser la ligne Périgueux-Paris, revenir à ce qui se faisait il y a quelques dizaines d’années avec le célèbre Capitole, c’est aussi poser la question des moyens financiers.

La mise à niveau du réseau ferré français, périgourdin compris, nécessite des investissements importants. Plombé par la dette et le désengagement massif de l’Etat, RFF n’en a pas les moyens ! Le problème est clair :
oui ou non va-t-on faire que l’argent qui existe dans ce pays soit utilisé utilement et non vampirisé par la finance.

Il y a un choix politique à faire : il faut arrêter de stériliser les richesses du pays et les mettre au service des populations et des territoires : combien auraient été utiles les centaines de milliards d’€uros mis pour sauver la finance, en pure perte, à développer le rail, la santé, l’éducation...
Aujourd’hui la logique libérale qui prévaut n’en prend pas le chemin. C’est le coeur du débat engagé en Europe et à l’occasion des scrutins électoraux à venir et des débats démocratiques qui vont avec.
Les besoins ne manquent pas avec des enjeux d’un vrai droit au transport pour tous, d’une réelle lutte contre les dégâts climatiques et le rail est une réponse.

Oui, il y a besoin d’une liaison rapide Périgueux-Paris, cela passe par la défense et la modernisation de la ligne Paris-Toulouse, une vraie ligne d’aménagement du territoire pour un coût d’amélioration largement moindre que le barreau Poitiers-Limoges au prix exorbitant.
Oui, il y a aussi besoin d’un service public à la hauteur, les liaisons TER, l’arrivée des trains à l’heure sont de vraies questions posés par les usagers périgourdins au quotidien. En ce sens, nous refusons l’ouverture des lignes TER au privé, malgré la volonté exprimée récemment par le président de la région aquitaine Alain Rousset !

La navette ferroviaire sur l’agglomération de Périgueux demeure un enjeu fort. Elle mérite un coup d’accélérateur et une vraie coopération avec la Région Limousin pour les trajets vers Limoges et Brive.
Un service ferroviaire de qualité, c’est une présence forte d’agents dans les gares, des gares ouvertes et non fermées ( !), comme cela vient de se produire sur la ligne Bordeaux-Périgueux avec les menaces sur le parcours Périgueux Limoges ou vers Agen. On ne peut développer le rail dans un désert ferroviaire !

La solution : lancer au niveau national un grand plan pluriannuel de relance et de modernisation du réseau. Cela permettrait aussi de relancer l’activité des deux ateliers SNCF du Toulon et de Chamiers et de créer de nouveau des emplois, de préserver leur savoir-faire.

Répondre aux besoins, créer des emplois, relancer le pays, aller vers une planification écologique voilà de quoi envisager l’avenir.

Vianney Le VACON
Maire adjoint de Périgueux

Pour les élus-es communistes et Front de Gauche
de Périgueux.


Accueil | Contact | Plan du site | | Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Municipalités  Suivre la vie du site Périgueux   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?